Actualités
La Révolution Verte Africaine

28 août 2008 : Après la conférence des Nations Unies à Accra, la conférence annuelle sur la révolution verte africaine commence.

Alors que le rapport 2007 du GIEC (Groupe International d’Experts sur le Climat) prévoyait des conséquences du réchauffement climatique particulièrement douloureuses en Afrique, l’actualité internationale sur la thématique ne fait que confirmer ce triste constat. En effet, le « continent oublié » selon la formule d’Yvo de Boer, secrétaire de la Convention sur le Climat des Nations Unies, risque de subir de graves préjudices environnementaux, d’autant moins acceptables que la continent Africain n’est responsable que de 5% des émissions de Gaz à Effets de Serre à l’origine du changement climatique.

La conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique s’est terminée le 27 août 2008 à Accra au Ghana. Celle-ci, prévue par le calendrier décidé lors de la Conférence de Bali en décembre 2007, devait envisager l’après Kyoto. Malgré ses caractères positifs sur de nombreux points, ce protocole présente encore d’importantes failles auxquelles il sera indispensable de trouver des solutions dans le cadre de l’accord international qui suivra. Parmi elles, on notera l’anormalement faible proportion de MDP pour l’Afrique (Mécanismes de Développement Propre : ils visent à favoriser l’installation d’activités économiques génératrices de revenus et assurant une diminution des Gaz à Effets de Serre). En effet, alors que la Chine, par ailleurs capable d’investir par elle-même dans un développement industriel performant et propre, reçoit 45% du total des projets de MDP, le continent Africain, ses 950 millions d’ahabitants répartis dans ses 57 pays n’en perçoivent que 2% !

C’est donc au lendemain de la fermeture de cette Conférence des Nations Unies sur le Climat à que s’ouvre à Oslo en Norvège la Troisième conférence annuelle sur la révolution verte africaine en présence notamment de l’ex secrétaire générale de Nations Unis Koffi Annan et de nombreux leaders africains. L’heure est donc au challenge...

 Cette révolution verte permettra-t-elle une amélioration du niveau de vie des populations les plus démunies en intégrant les changements de paysage de l’agriculture africaine induits par l’évolution climatique ?

Pour plus d’informations :

  • Sur la conférence des Nations Unies sur le Climat à Accra :

http://unfccc.int/meetings/intersessional/accra/items/4437.php

  • Sur la troisième conférence annuelle sur la révolution verte africaine :

http://www.africangreenrevolution.com/en/index.html

 
Contact    Espace privé    Copyright © 2008 RONGEAD    Dessiné par Manoël Verdiel   Réalisé avec SPIP par Alain Le Floch